présentation de MIPRIMO

MIPRIMO. ANR 2011-2014 La migration prise aux mots.

Récits, circulation des imaginaires et dynamiques sociales dans les migrations ouest-africaines.

Si la mobilité est historiquement ancrée dans les sociétés ouest-africaines, les récits autour des migrations sud-sud montrent que les perceptions qu’elles suscitent s’inscrivent dans des univers culturels spécifiques. Cette recherche pluri disciplinaire rendra compte des conditions d’élaboration et de circulation des récits sur les migrations sud- sud par les migrants eux-mêmes et par leurs proches. Cette circulation des récits et des discours sera étudiée à travers certaines productions culturelles locales (littérature, cinéma, média, chants, griots, etc.), afin de comprendre quel peut être son rôle dans les processus sociaux et politiques liés à la mobilité. Partir des productions langagières locales tout en les contextualisant culturellement et historiquement, constitue le fondement d’une approche méthodologique à la frontière de l’anthropologie et de la sociolinguistique. Contrebalançant un déterminisme économique, cette recherche cherchera à mettre en évidence la portée des imaginaires, des mythes et des croyances sur les départs en migration. Au-delà de l’intérêt porté à la structuration des récits et aux imaginaires qu’ils déploient, ce projet vise à analyser les conditions de production discursive des récits ainsi que leur rôle dans les sociétés ouest-africaines. Le langage, à travers l’usage des variétés lexicales, narratives et discursives, donne accès aux significations symboliques et imaginaires qui révèlent les logiques sociales, tout autant qu’elles les reconfigurent. Seront en particulier examinés la place qu’occupent les récits autour des migrations dans la vie quotidienne des individus, leurs effets sociologiques sur les populations restées sur place, notamment sur la situation des femmes en l’absence des hommes. L’attention portée aux contextes de production permettra d’observer dans un premier temps quand, par qui, et avec quels desseins les récits et les discours sont élaborés, produits et énoncés. Il s’agira dans un second temps d’examiner comment ces récits sont ensuite appropriés, interprétés et réélaborés par les acteurs sociaux dans les chants, les chorégraphies, les littératures orales, les discours quotidiens et dans les médias (radio, télévision, films, internet). Enfin il s’agira de démêler l’enchâssement des récits dans les relations sociales et les rapports de pouvoir au niveau local, articulé à un niveau plus global. En effet, ces formes de polyphonies et d’intertextualités relayées -et parfois réifiées- par les leaders d’opinion politiques et les artistes (écrivains, cinéastes, chanteurs) entraînent de nouvelles dynamiques sociales et une redéfinition des enjeux locaux dans les villes et villages.    Le rôle des femmes dans la production et la circulation des récits sera étudié avec une attention particulière. Ces dernières jouent un rôle déterminant dans la polyphonie discursive constituée par l’imbrication des récits qu’elles reprennent, construisent et diffusent dans des communautés désertées par une proportion significative d’hommes. Cette mise en narration contribue à redessiner les relations sociales et familiales, ainsi que l’élaboration des règles de vie. Enfin l’analyse des récits selon le genre permettra de comparer les perceptions de l’espace et de la territorialité en fonction de l’expérience migratoire.

Pour plus dinformations voir le programme complet : MiPriMo 2011-2014